Est-il possible de tricher sur un test de paternité ADN?

En effet, un test de paternité ADN est le moyen le plus précis pour établir s’il existe un lien biologique entre un père présumé et un enfant. Bien que les tests d’ADN soient très fiables pour déterminer une possible paternité, ils ne sont pas infaillibles et malheureusement, il est possible de tricher.

Il existe deux types de tests ADN. Le test le plus commun est le test de paternité ADN à la maison, le deuxième type est connu sous le nom de test ADN de paternité légal. Dans le cas du test à domicile, c’est la personne qui commande le test, qui effectue le prélèvement des échantillons, avec l’aide de cotons-tiges buccaux qui se trouvent à l’intérieur du kit de prélèvement ADN. Cela signifie qu’il existe la possibilité que la personne testée envoie d’autres échantillons que les siens, ou introduise les cotons-tiges de prélèvement dans l’enveloppe inexacte ou encore envoie l’échantillon de son animal de compagnie. Tout cela bien sûr aura des conséquences sur les résultats de l’analyse du test, résultats qui se verront altérés et logiquement ces derniers seront erronés. Du fait que les échantillons de prélèvements n’ont pas été recueillis et vérifiés par une personne autorisée ou morale, ils ne seront donc pas, dans aucun cas recevable devant la court de justice.

Quand il s’agit d’un test ADN légal, le prélèvement des échantillons doit être fait par une personne autorisée ou morale. Habituellement, un médecin ou une infirmière, qui authentifie et certifie que les échantillons appartiennent bien à la personne citée dans la documentation du test. Tout test d’ADN doit suivre strictement, une série de procédures qui le fait pratiquement infalsifiable.

Les tests légaux comme ceux à domicile, sont en mesure d’établir une probabilité de paternité du 99,99%. Par ailleurs ils excluent la probabilité de paternité à 100 %.

Si vous avez le soupçon, que votre partenaire ou la personne qui doit se soumettre au dépistage du test, est susceptible de tricher, il faut que vous teniez en compte certaines mesures de sécurité. Les échantillons buccaux doivent être pris en présence de l’autre personne qui désire participer au test, en empêchant par conséquent que les échantillons puissent provenir d’un tiers inconnu. Si cela n’est pas possible, un médecin ou une personne autorisée peut réaliser la prise des échantillons pour pouvoir ultérieurement témoigner et authentiquer que les échantillons proviennent bien de la personne ou des personnes citées dans le test. Pour plus de sécurité et tranquillité d’esprit, vous pouvez opter pour un « tribunal admissible », dans ce cas tous les processus du test de paternité devront être faits suivant certains principes très stricts. S’il s’avère que l’une des parties refuse de se soumettre au test, le tribunal n’a pas dans ce cas précis l’autorité nécessaire pour obliger la partie en question à faire le test. Cependant, malgré le fait que l’une des parties refuse de s’y soumettre; cela est particulièrement considéré suspect par le tribunal de justice et la partie s’y refusant pourrait par conséquent s’autoincriminer.

Heureusement, la grande majorité des clients sont soucieux de savoir la vérité et ce n’est que des rares fois qu’ils recourent à falsifier le test de paternité d’ADN. Ils peuvent contaminer les échantillons pour que la vérité ne soit pas dévoilée, mais cela est détecté par le laboratoire lors des analyses et immédiatement celui-ci demande à que de nouveaux échantillons soient envoyés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *